Actualités

Concours d'éloquence

Par Fauriel Secrétariat de direction, publié le mercredi 24 février 2021 10:22 - Mis à jour le mercredi 24 février 2021 10:26
index.jpg
C’est reparti pour un tour !

Pour la 3ème année consécutive, le lycée Claude Fauriel participe aux Envolées, concours d’éloquence inter-lycées qui concerne 10 établissements de la Loire. La Covid n’aura eu raison ni de la détermination des élèves, ni de l’énergie des organisateurs pour s’adapter à toutes les contraintes, ni de l’ambition des formateurs, le comédien Gérald Casetto de la Compagnie « Maintes et une fois » et le poète urbain Hasan Guaid.

Une vingtaine d’élèves de la Seconde à la Terminale ont bénéficié de 12 heures de formation subventionnées par la DAAC et par le lycée : gestion de la voix et du corps, de l’espace et du temps de parole, connaissances rhétoriques. Et cette année, plus que de préparer le Grand oral ou de développer des compétences qui intéressent désormais les recruteurs dans le domaine professionnel, il s’agissait de se faire plaisir et de résister à la morosité ambiante en allant au bout d’un projet fédérateur.

Le 1er tour des éliminatoires s’est tenu le jeudi 4 février dans l’amphithéâtre du lycée. Deux sujets et 19 candidats en lice : « On vit une époque formidable ! » et une citation de Montesquieu « Quand on court après l’esprit, on attrape la sottise. »

Le jury a été assuré par Sophie-Bulle Texier, comédienne, et Anne-Marie Fauvet, Directrice de l’Agasef. L’une et l’autre pratiquent l’éloquence au quotidien et ont déjà été jurées pour ce concours. Elles n’en ont pas moins été agréablement surprises par la qualité des discours et la motivation, l’investissement des élèves.

Il ne devait en rester que deux ! Cruelle et rude réduction…

Djenna Khodri et Tahis Sagueton ont gagné leurs places pour le second tour qui devrait se tenir le jeudi 18 mars au lycée Beauregard à Monbrison.

Laissons-leur la parole en forme de conclusion :

In fine sachez ceci,

 Messieurs-Mesdames, membres du jury :

 L’intelligence

Un étrange appareil

Elle est multiple

Elle n’a guère d’ayant droit.

L’intelligence

Est un couteau

À double tranchant.

Personne n’en a le monopole.

On gagnera toujours

À apprendre des échecs,

Des défaites, des réussites,

Des blessures,

Des ratures qui rassurent,

Nul n’en sait assez.

La connaissance est inquantifiable.

Alors sur le chemin de l’étalement de sa connaissance hâtons-nous lentement !!

Ainsi le dit si bien Montesquieu : « Quand on court après l'esprit, on attrape la sottise ».