En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités

Voyage à Perpignan

Par Fauriel Secrétariat de direction, publié le mercredi 5 juin 2019 09:25 - Mis à jour le mercredi 5 juin 2019 09:27
logo région.png
Compte-rendu du voyage.

 

SUR LES TRACES DES REPUBLICAINS DE L'EXIL

 

 

 

 

Le voyage que nous avons effectué à Parpignan en mars 2019 s'est inscrit dans le programme d'histoire de Première en DNL (Discipline Non Linguistique en Classe Européenne) et dans celui d'espagnol, qui abordent tous deux le thème de la guerre civile de 1936-39 en Espagne et en particulier la question de la Retirada soit l'exil des républicains après la perte de Barcelone, tombée en février 39 aux mains des franquistes. Ce voyage sert aussi de base à une réflexion menée en année de Terminale sur la construction d'une mémoire historique sur laquelle s'affrontent une partie des Espagnols entre eux. de Une consigne donnée aux élèves était de prendre des photos pour, après le séjour, en choisir une et la légender en espagnol et en faire figurer certaines dans le journal numérique du lycée, le Globe.

Nous sommes partis tôt le mercredi 6 mars de St-Etienne pour pouvoir visiter en début d'après-midi la Maternité suisse d'Elne, institution fondée par Elizabeth Eidenbenz pour venir en aide aux femmes enceintes parquées dans un premier temps sur la plage d'Argelès puis au camp de Rivesaltes. Nous avons été accueillis par Serge Barba, bon connaisseur des destinées des Espagnols de l'exil et lui-même né dans cette Maternité. Il nous a expliqué comment la Maternité était devenue pour ces femmes qui souffraient du froid, du manque de nourriture et de la détresse des vaincus et des gens arrachés à leur terre un hâvre de paix et de sollicitude, comme le montrent les nombreuses photos prises en 1939.

Le lendemain 7 mars, nous sommes allés au Mémorial de Rivesaltes qui offre des témoignages détaillés de ce qu'a été le camp à l'époque de la Retirada, de la fin de la IIIème République et de la IIde Guerre Mondiale : un camp d'internement pour les « indésirables » de la République d'abord, c'est-à-dire les étrangers, puis un camp de transit pour les juifs avant leur déportation en Pologne. Le Mémorial propose aussi une réflexion plus vaste sur l'univers des camps et leur brûlante actualité. Nous avons bénéficié après 1h30 de visite libre d'un échange entre les élèves et un des animateurs du Mémorial sur le caractère subjectif et volatil de la mémoire et la difficulté à faire émerger des récits cohérents et solides sur lesquels lesquels baser en partie l'étude de ces temps d'exil. L'après-midi, nous avons gagné le village de Collioure, ultime destination du grand poète républicain espagnol Antonio Machado et avons suivi ses traces jusqu'au cimetière où il est enterré et qui témoigne par les hommages multiples qui lui sont rendus de la place qu'il occupe dans la mémoire collective.

Enfin, le vendredi 8 mars, nous nous sommes rendus à la Junquera pour visiter le Mémorial de l'Exil, fort utile pour compléter notre connaissance de la Retirada, et participer à un atelier portant sur les media et leur traitement de l'information. Les élèves ont ainsi pu constater à quel point le même événement était présenté de façon différente selon la sensibilité politique des journaux de l'époque.

Si nous avons pu partir, c'est en grande partie grace à l'aide de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui, depuis que ce projet a été mis en place, renouvelle généreusement chaque année son soutien financier aux élèves de Fauriel concernés.

 

 

 

 

 

  Maternité d'Elne

 

 

 

 

   Camp de Rivesaltes

 

 

 

 

 

 

   Tombe d'Antonio Machado à Collioure