En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Conférence

Conférence

Par HUBERT MALFRAY, publié le jeudi 19 décembre 2019 21:22 - Mis à jour le jeudi 19 décembre 2019 21:25
Capture d’écran 2019-12-19 à 21.18.55.png

En 1949 Simone de Beauvoir établit dans son livre Le deuxième Sexe une distinction entre le sexe biologique inné et le sexe social acquis, appelé depuisgenre, en démontrant que la condition féminine n'est définie que par la société et la culture. De nombreux travaux en sciences humaines, en théorisant le genre, s’attachent à montrer le caractère social des représentations du masculin et du féminin et les rapports de pouvoir qui produisent les inégalités entre les sexes.

Le sexe précède-t-il le genre, ou est-ce l'inverse ? Ou peut-on parler d’une interaction permanente? Dans son livre Masculin/Féminin. La pensée de la différence (1996), l’anthropologue Françoise Héritier montre dans une approche matérialiste comment, dès l’origine, l’observation de la différence irréductible entre les corps sexués chez les humains et dans la nature, incite l’homme à instaurer une opposition conceptuelle essentielle entre l’identique et le différent. Ces deux pôles regroupent tous les autres couples antithétiques créant ainsi des systèmes de représentation arbitraires, sources d’inégalité entre les sexes. Judith Butler, professeure de littérature comparée, à l’inverse, part du discours normatif et ses effets sur le corps et met, à la lumière de la problématique des homosexualités, en question cette bi-catégorisation normée dans son livre Trouble dans le genre (1990 en anglais).

Contact: isabella.atger@ac-versailles.fr